Nuno Oliveira

26 juin 2017

Quelques photos

Classé dans : Non classé — nunoliveira @ 11 h 50 min

Quelques photos p6261916-copie

p6261919-copie

p6261913-copie

p6261923-copie

21 juin 2017

Entretien avec Nuno Oliveira

Classé dans : Non classé — nunoliveira @ 19 h 22 min

PROPOS (FORTS ACTUELS…) D’UN MAÎTRE DE LA BELLE EQUITATION : NUNO OLIVEIRA

Dans sa « Lettre de Belgique », notre ami Jean Corhumel fait état d’une déclaration élogieuse de Nuno Oliveira à l’égard de Patrick Le Rolland, cavalier international français de dressage. Notre confrère « Galop », revue mensuelle belge, nous a autorisé à reproduire des extraits de l’interview recueillie par Idès Marchal auprès du Maître portugais et publiée dans l’un de ses tout récents numéros. Nous remercions très vivement nos confrères e Belgique.

G. – Voyez-vous une évolution, de nos jours, dans l’équitation académique, une modification dans la jurisprudence (c’est-à-dire: l’interprétation par les juges des textes officiels) ? Les centres d’intérêt, les priorités se déplacent -ils ?

N.O – Oui, compte tenu du fait que, par son organisation, par ses facultés de travail, par sa richesse, l’Allemagne compte le plus de cavaliers de dressage au monde.  L’esprit allemand se caractérise par la précision ; les chevaux allemands sont moins nerveux, moins fragiles, plus solides. autrefois, les chevaux de pur sang et les anglo-arabes prédominaient. C’était la finesse des aides qui comptait. C’est la précision maintenant. Ceci n’est pas une critique, mais une constatation.  On tombe dans certains excès, et on oublie la légèreté et la flexibilité du cheval. De même d’ailleurs, celui qui ne pense qu’à ces deux qualités oublie la précision. Bien entendu aussi, le jugement est conditionné  par le modèle des chevaux,  leur ampleur de gestes, leur masse.

G. –  L’équitation de compétition se présente souvent aujourd’hui comme une gymnastique équestre très athlétique et spectaculaire, mais dans laquelle la fluidité et la légèreté, selon  l’acception traditionnelle des anciennes écoles, semblent parfois absentes. Etes-vous d’accord avec cette opinion ?

N.O – Depuis les vingt ou vint-cinq dernières années, au niveau olympique, on marche trop rapidement : on travaille à une vitesse exagérée. La comparaison des films pris dans ce laps de temps est éloquente. On sacrifie la légèreté et le rassembler des allures plus correctes à l’ampleur des gestes. Question de mode !

G. – N’existe-t-il pas un divorce entre deux conceptions (compétition et « recherche privée ») qui n’ont plus guère en commun que quelques dénominations dont le sens est fort différent dans chacune d’elles ?

N.O – Si ! Si on veut bien admettre qu’un Grand Prix de dressage est extrêmement difficile, cela reste, à un niveau très élevé, un concours de modèle et allures. Je me demande comment serait classé le cheval le mieux dressé de l’Ecole de Vienne, quels points aurait eu PLUTO THEODOROSTA travaillé par le Colonel Podhajsky et qui était un des chevaux les mieux mis que j’aie connus ? Comment pourrait-on garder les mêmes critères si des anglos, des lipizzans, moins amples dans leurs gestes et qui plient leurs hanches de manière plus flexible, entraient en compétition ? Comment les jugerait-on au piaffer ? Doit-on examiner la perfection absolue du mouvement ou l’effort relatif à chaque cheval ? Faut-il s’attacher à la finesse ou à la masse musculaire ? Quels sont les juges qui ont une pratique équestre ? En outre, il faudrait se préoccuper – comme le dit le Règlement de la Fédération Équestre Internationale, avec lequel je suis parfaitement d’accord, en trouvant dommage qu’il ne soit pas respecté par les juges – de la finesse des aides, par exemple aux changements de pied. J’ai vu récemment un film du Colonel Lesage sur Taine aux jeux Olympiques de Los Angeles (1932). Quel est le cavalier actuel qui soit capable de parcourir toute la gamme sans que ses jambes ne bougent ? On assiste, de nos jours, tout en répétant que c’est extrêmement difficile de faire un Grand Prix, à la transformation progressive de l’art équestre – dont M. de La Guérinière disait que la grâce lui est un si bel ornement – en un sport de précision exécuté en force. Bien entendu, les critiques au système sont faites par des farfelus qui n’ont, la plupart des fois, ni assiette, ni discipline et qui ne montrent rien.

G. – Y a-t-il un ou plusieurs auteurs équestres qui vous ont davantage influencé, enrichi ?

N.O – D’abord Baucher, si on sait lire entre les lignes. De loin ! Et si l’on doit travailler des chevaux très difficiles. Ensuite, par la grâce, la conception, la rondeur : La Guérinière, dans ses principes généraux. Et Steinbrecht, par la minutiosité des ses conseils qui, finalement, rejoignent même les principes de Baucher, malgré ses attaques contre l’écuyer français à la fin de chaque chapitre. (…)

G. – On a dit que, dans tout art, seul le respect de la tradition permet la maîtrise de celui-ci. Que pensez-vous de cet aphorisme ?

N.O – La maîtrise dans un art, c’est d’abord, des années de grand travail, des connaissances profondes de toute la technique et après, tout cela étant acquis, il faut le sublimer avec amour, dans la tradition. Qu’ajouter encore ? Il va de soi que je ne suis pas systématiquement contre les concours de dressage car ceux-ci motivent le cavalier et le disciplinent. Si les concours étaient jugés convenablement, ils pourraient être profitables pour les cavaliers. Je suis « contre » parce que, partout dans le monde, les cavaliers travaillent dans l’esprit compétitif, ce qui provoque une lutte perpétuelle entre eux et leur cheval. J’aimerais que tous ces cavaliers, quand ils mettent pied à terre, après ces séances en force, regardent comment est l’œil de leur cheval.

Entretien avec Nuno Oliveira 20170621_134536-196x300  jjcg-266x300

19 juin 2017

Presse anglaise, 15 oct 1966

Classé dans : Non classé — nunoliveira @ 21 h 43 min

Presse anglaise, 15 oct 1966 p6191829

Presse anglaise, 22 oct 1966

Classé dans : Non classé — nunoliveira @ 11 h 59 min

Presse anglaise, 22 oct 1966 p6191816

17 juin 2017

« Riding », 1966

Classé dans : Non classé — nunoliveira @ 15 h 08 min

Wembley 1966

Classé dans : Non classé — nunoliveira @ 14 h 28 min

Wembley 1966 p6161719

H&H, 1966

Classé dans : Non classé — nunoliveira @ 14 h 26 min

H&H, 1966 p6171765

H&H, 1966

Classé dans : Non classé — nunoliveira @ 14 h 24 min

H&H, 1966 p6171768

p6161717

H&H, 1966

Classé dans : Non classé — nunoliveira @ 14 h 02 min

H&H, 1966 p6171754

Nuno Oliveira, 1966

Classé dans : Non classé — nunoliveira @ 13 h 25 min

Nuno Oliveira, 1966 p6161715

12345...15

Les dessins de Poil |
Alighieri10 |
ToMusic2015 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Hamadi18
| La serre automatisée
| Jardipaul